• by: [:swvar:text:225:]
  • April 7th, 2020
  • Category: Blog

Blog: Donnez-moi du café et du Wi-Fi !


Donnez-moi du café et du Wi-Fi !

Les faits ne mentent pas. Avant la crise du Coronavirus, selon les chiffres du Centre de la Circulation, les embouteillages sur nos routes principales représentaient plus de 1588 heures ou 66 jours complets, dans des bouchons de plus de 100 kilomètres. Les frustrations et le désespoir à ce sujet pouvaient encore être lus sur les médias sociaux tous les jours avant le 13 mars de cette année. L’examen quinquennal de l'Agence européenne pour l'environnement a également transmis un message peu optimiste au début de cette année. Si, entre autres choses, nous ne changeons pas la façon dont nous organisons notre mobilité, les 35 indicateurs environnementaux cruciaux utilisés par l'Agence passeront à l'orange et au rouge. Tout cela exige une révolution dans notre façon de travailler, tant sur le plan physique que dans notre attitude. La crise du Coronavirus nous obligera-t-elle à le réaliser "de haut en bas" ?

Depuis plus d'une décennie, la nouvelle façon de travailler "NWW" (New Way of Working) s'est développée, en particulier dans les entreprises de services. Des horaires flexibles, des bureaux partagés, des espaces de détente et le travail à domicile font partie du concept NWW. Aujourd'hui, nous sommes obligés de travailler à la maison et nous ne sommes pas autorisés à faire des déplacements inutiles. Nous avons donc une occasion unique de passer à l'ère de la NWW 2.0 et d'étendre encore davantage le concept dans son ensemble. Après le monopole de la voiture de société, nous avons réalisé qu'il ne s'agissait pas de la voiture, mais de la mobilité, de se déplacer pour travailler différemment. Nous avons donc commencé à penser en termes de multimodalité dans notre comportement routier et avons ajouté la bicyclette, le scooter et des transports publics plus étendus. L'étape suivante est que nous essayons d'effacer la mobilité et de penser radicalement en termes de mobilité réduite.

La réduction de la mobilité à zéro ne fonctionnera pas vraiment. Certaines professions ne s'y prêtent pas, comme les hôpitaux, le secteur de la santé, les chauffeurs professionnels ou les usines. Cependant, tout ce qui a trait aux services peut contribuer de manière importante à réduire notre mobilité. Cela peut même aller loin, comme nous le constatons aujourd'hui de manière soudaine parce que nous sommes obligés de le faire pour des raisons de santé publique. Si, par exemple, vous voyez ce qui se passe dans les entreprises dans le domaine de l'apprentissage en ligne et des webinars, alors certaines formes classiques d'enseignement peuvent également évoluer dans ce sens. La technologie nous permet de travailler ensemble sans bouger, et nous devons en tirer le meilleur parti. Et cette technologie progresse à un rythme effréné. « Donnez-moi du café et du Wi-Fi » , et je me connecterai de n'importe où à tous ceux avec qui je dois travailler par vidéo, par conversation, avec des documents partagés et par e-mail. Mon ordinateur portable ou mon smartphone est mon bureau. La question est simplement de savoir pourquoi nous n'avons pas fait cela avant le 13 mars.

Besoin de contacts humains ? Peut-être que oui. Mais cela peut certainement être organisé dans un environnement professionnel. Il suffit de venir au bureau pour des réunions et des rencontres personnelles. C'est ce que le "café" signifie. Tout le travail que vous faites avec des collègues éloignés (à l'étranger) et par vous-même, c'est ce que représente le " WI-FI " (ou le réseau 5G qui devrait être déployé d'urgence). Ne pas travailler sur la base d'heures mais de résultats. Cela nécessite-t-il un changement de mentalité chez les employeurs et les syndicats ? C'est certainement le cas. S'éloigner d'une attitude de "neuf à cinq", une solide organisation du travail à distance en matière de responsabilité et de rémunération, et des décideurs politiques courageux qui créent rapidement les conditions d'un NWW 2.0. Ce faisant, rendons obligatoires les parcs de voitures de société électriques, rendons les voyages d'affaires en avion beaucoup plus coûteux, intervenons auprès des pouvoirs publics pour des liaisons ferroviaires rapides dans toute l'Europe, et nous pourrons apporter une contribution importante à un meilleur environnement et à un travail sans congestion. Qui va mettre tout cela en œuvre après la crise du Coronavirus ? Les jeunes générations nées après 1990 environ nous ont déjà montré la voie avant le 13 mars, avec plus d'attention portée au climat, au travail à distance et à la mobilité intelligente. Donnons-leur donc une voix dans ce débat. Et le pire serait que nous, en tant que société de l'après-Coronavirus, n'aurions rien appris de tout cela...

Kris Poté, président de la Communications Community (C²), 6/4/2020


Qui sommes nous
L’association est dénommée ‘C²’ ou autrement nommée : ‘C Square’ ou ‘Communication Community’ C² représente
Suivez nous sur les médias sociaux
s'abonner à notre newsletter